22 février 2019

Affaire Benalla : Grand guignol ou Pieds Nickelés ?

     La commission du Sénat a rendu son rapport suite à l'enquête ouverte en marge de la première affaire Benalla, alors que des investigations ultérieures, menées par la presse, ont établi que l'affaire dite de la Contrescarpe n'était que la partie émergée d'un iceberg beaucoup plus incriminant pour le pouvoir exécutif.       Sans même en avoir pris connaissance, le porte-parole du gouvernement, la tête visiblement plus tournée vers sa candidature pour la mairie de Paris en 2020, a voulu allumer un... [Lire la suite]

24 janvier 2019

L'hypocrisie des lois d'émotion, honte du Parlement

     Par Toutatis ! Que ce Nouveau monde de la Macronie ressemble terriblement à l'Ancien, pourtant vilipendé par le candidat d'En Marche lors de sa campagne de 2017 ! Avec la loi dite anti-casseurs, en discussion au Parlement ces jours-ci, preuve est faite que rien ne change chez les gouvernants et que les mêmes réflexes conditionnent les mêmes postures pour les mêmes résultats in fine, c'est-à-dire rien.      Les questions sérieuses méritent des réponses sérieuses ; les débats de fond méritent des... [Lire la suite]
Posté par phoenix_rd à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 février 2015

Sauvons le Sénat

Après l'attaque frontale du "capo du 93", accessoirement président de l'Assemblée nationale, contre l'existence même du Sénat, les sondages fleurissent comme pour démontrer un profond désamour entre les citoyens et leur Chambre haute. c'est oublier que ces citoyens avaient préféré le Sénat à leur Général sauveur en 1969 ! Certes les temps changent, les générations aussi, mais un sondage n'est jamais une élection ou un référendum. Et si cela ne suffisait pas, un reportage à charge était diffusé cette semaine sur une chaîne publique,... [Lire la suite]
19 avril 2013

Brèves de comptoir

De l'incident survenu cette nuit à l'Assemblée lors de la discussion sur la loi très contreversée du "mariage pour tous", je retiendrai deux faits majeurs : - le black-out des caméras, sorte de censure infligée au peuple, comme si celui-ci n'était pas en mesure de voir ou d'entendre tout ce qui peut se dire dans l'enceinte de l'hémicycle, ce qui fait tâche, au moment où le mot "transparence" est supposé être d'actualité. Pourquoi refuser de montrer la réalité des choses ? Plus largement, pourquoi ne pas rendre publiques les... [Lire la suite]