18 mai 2017

Le temps, seul, le dira...

Quand, lors de la campagne, il était interrogé sur le nom de son futur Premier ministre, voire sur ceux de certains de ses ministres potentiels, Emmanuel Macron usait de l'expression "portait chinois" pour définir des contours, à défaut de répondre précisément à ses interlocuteurs. En fait de "portrait chinois", c'est plutôt de casse-tête chinois qu'il aurait fallu parler en l'occurrence, tant la nomination de l'un et des autres pouvait s'apparenter à la résolution d'une quadrature du cercle : exigence de parité, d'expérience mais... [Lire la suite]
Posté par phoenix_rd à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11 février 2017

L'absence de centre, un problème pour l'équilibre des forces politiques

Personne ne le relève et c'est bien regrettable : l'une des nouveautés de la campagne 2017 tient au fait que cette élection présidentielle, si particulière à bien des égards, a tué le centre, et cela par deux fois. Par deux fois, car, à l'heure où nous écrivons ce post, François Bayrou n'a toujours pas pris sa décision de se présenter pour ce qui serait sa quatrième participation. Et compte tenu de l'atmosphère actuelle de "dégagisme", concept cher à Jean-Luc Mélenchon, son entrée en campagne à moins de 70 jours du scrutin serait pour... [Lire la suite]
26 janvier 2017

2017, une campagne inédite qui promet d'être indécise jusqu'au bout

Drôle de présidentielle que le scrutin à venir. Depuis des mois, tous les pronostics, toutes les anticipations sont tombés lamentablement à côté de la plaque. Ce qui est vrai aujourd'hui devient faux le lendemain : la seule chose qui soit assurée, c'est que cette élection sera totalement incertaine jusqu'à la dernière minute des deux tours de scrutin.  Souvenons-nous : le retour tonitruant de Sarkozy, challenger désigné de Juppé à la primaire, faisait craindre une réédition revancharde de l'élection de 2012 face à Hollande.... [Lire la suite]
16 novembre 2016

Primaires à la française : un erreur dangereuse pour la démocratie

La machine à perdre de la droite et du centre amorce sa dernière ligne droite. A la veille du dernier débat et à quatre jour du premier tour, c'est un mécanisme infernal qui va fracasser la perspective d'une alternance salvatrice. Et ça, c'est un vrai problème, pour la démocratie et pour la nation française. Quelques chiffres pour fixer le propos : lors du scrutin de 2012, ce ne sont pas moins de 80% des inscrits sur les listes électorales qui se sont déplacés, soit 36 millions de citoyens. Au premier tour, Hollande et Mélanchon... [Lire la suite]
Posté par phoenix_rd à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
06 octobre 2015

Première sortie de route pour Juppé

Quelle déception que de lire l'esquisse du programme d'un ex-Premier ministre en course pour la primaire de la droite et du centre ! A l'évidence cet Alain Juppé, petit chouchou des sondages de popularité depuis deux ans, n'entend pas arrêter de cultiver cet "art d'être aimé" qu'il revendique désormais publiquement, comme pour se soigner des blessures reçues de son cruel passage à Matignon des années 1995/97. Le réformateur en douceur, façon père tranquille, entend s'inspirer d'un Jacques Chirac qui, au final, laissa faire et filer,... [Lire la suite]
Posté par phoenix_rd à 17:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
19 juin 2012

Bayrou est-il mort politiquement ?

Parler de «mort politique» pour Bayrou a du sens dans la mesure où le Modem a tout de la coquille vide et que les forces politiques du Centre vont naturellement chercher à se recomposer sans le Béarnais. Cela a du sens surtout dans la mesure où, privé de la caisse de résonnance d'un mandat national, le chef du Modem va avoir du mal à exister au plan médiatique et qu'il risque ainsi de perdre les rares électeurs qui soutiennent son action. Pour autant, François Bayrou n'est pas définitivement mis hors du jeu institutionnel, d'abord... [Lire la suite]
Posté par phoenix_rd à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 juin 2012

Brève analyse d'un scrutin prévisible

Que faut-il retenir de ce scrutin législatif ? D'abord que les français sont logiques : les électeurs de la droite et du centre ont admis la défaite de leur camp à l'occasion du scrutin présidentiel et ils n'ont pas cherché à se mobiliser en masse pour une troisième tour revanchard. D'ailleurs, même si les instance de l'UMP ont essayé de porter le message de l'omnipotence socialiste sur le pays (grandes villes, régions, parlements et exécutif), il convient de noter que les discours était très éloigne de cette hargne témoignée par les... [Lire la suite]
Posté par phoenix_rd à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
11 juin 2012

Analyse du 1er tour législatif

L'élection législative est un scrutin d'enjeu certes national, mais dans lequel une lecture locale ne peut jamais être définitivement exclue. Pour le citoyen appelé à se rendre aux urnes, il y a bien entendu une démarche purement politique qui s'inscrit dans une logique de vote partisan. Mais dans certains cas, le positionnement théorique "droite / gauche", "pour ou contre" la majorité présidentielle peut être affecté d'un enjeu local ou témoigner d'une implantation personnelle reconnue allant au... [Lire la suite]
Posté par phoenix_rd à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
18 mai 2012

Pouvoir politique et médias : une relation passionnelle qui a profité à Hollande

Un site Internet de débats vient de me contacter pour prendre part à une discussion qui a du sens. Malheureusement, je ne suis pas en mesure d'y participer directement car, pour se faire, j'aurais alors besoin d'un profil public de type "réseau social". Or je me refuse toujours à ouvrir un profil sur ce type de supports qui, de mon point de vue, ont d'abord pour vocation de nous intégrer dans une stratégie consumériste en tant que source d'informations afin d'alimenter un démarchage... [Lire la suite]
04 mai 2012

Le paradoxe Bayrou

Illustrant une fois de plus l'inconsistance d'un certain centrisme à la française, François Bayrou a donc choisi sans choisir. Sans doute sous le coup de l'énervement envers un système bipartisan qui l'a marginalisé pendant la campagne et encore sous l'amère déception de ne pas avoir été suffisamment suivi par l'électorat, le candidat du Modem avait déclaré, au sortir du premier tour, qu'il prendrait ses responsabilités. Mais contrairement à cette déclaration à chaud, il a finalement opté pour un... [Lire la suite]